Historique

Les origines de l'Ecole professionnelle du Chablais remontent au début du XXe siècle. Elle porte alors la dénomination « Cours professionnels » et appartient à la Société d'Utilité publique.

Son premier directeur, A. Genillard, mentionne l'existence de cours de comptabilité, d'arithmétique, de langues, de dessin professionnel pour les jeunes gens et de leçons de coupe pour les jeunes filles. L'enseignement est dispensé le soir, après la journée de travail.

Une cinquantaine d'années plus tard, durant l'année scolaire 1951-1952, l'Ecole complémentaire commerciale d'Aigle accueille 59 élèves dont 32 filles. 3 maîtresses et 10 maîtres, dont le directeur Edmond Piguet, leur dispensent 976 heures de cours au total et touchent une rétribution de Fr 6,50 l'heure. En 1952, Georges Jacquerod reprend la direction de l'établissement; une partie des enseignements sont désormais donnés en journée.

A cette époque, l'horaire des cours est conditionné par l'insuffisance de locaux et la difficulté de trouver des maîtres disponibles aux heures où il le faudrait. Dans son rapport du 8 juin 1955, l'expert fédéral Robert Grosjean relève que « L'école est actuellement simplement « tolérée » dans quelques classes du Collège (...) C'est là une situation qui ne correspond pas du tout à l'importance du travail que doit accomplir cette école pour la formation d'un personnel commercial qualifié. »

L'établissement n'emploie aucun maître permanent; son financement est assuré par les écolages perçus auprès des élèves, des montants versés par les communes au prorata des apprentis qui y sont domiciliés et des subventions cantonales et fédérales. En 1962, l'Ecole compte pour la première fois plus de 100 élèves, avec 64 apprentis de commerce et 39 de la vente. L'enseignement est toujours donné par des maîtres auxiliaires, qui touchent une rémunération de Fr 11.- l'heure.

En août 1973, Roger Degoumois prend la direction de l'Ecole. Il fonctionne également comme maître permanent. Les problèmes de locaux subsistent et, dès 1974, les cours sont dispersés dans des salles des ancien et nouveau collèges, de l'Ecole Club Migros dans l'immeuble « Bec d'Aigle » à la place du Marché et la salle omnisport de la Planchette. Tous les cours seront donnés à la Planchette dès 1976, mais l'accroissement du nombre d'apprentis constaté depuis cette époque force direction et autorités à trouver de nouvelles solutions en termes de locaux.

En 1981, alors que l'établissement compte 168 élèves, le directeur souligne dans son rapport annuel « qu'il est urgent de construire à Aigle une école professionnelle répondant aux besoins soit du district, soit de tout le Chablais »; les autorités communales, cantonales et fédérales sont favorables à un tel projet, les études se poursuivent et un concours d'architecture est lancé le 28 mai 1984. Il est remporté par l'architecte Alain Porta, l'emplacement retenu est celui occupé par la propriété « Bitter », à l'avenue des Marronniers. Le 14 juin 1989, Robert Rittener, syndic, coule symboliquement la « première benne de béton ». Le coût global de l'édifice atteint quelque 13 millions de francs.

Entre temps, le 1er août 1986, Philippe Progin reprend la direction de l'Ecole, son prédécesseur poursuivant sa carrière comme maître permanent. Il la cède à son tour à Gérald Hadorn, qui entre en fonction le 1er juin 1991, et dont l'une des premières tâches est d'organiser les déménagements de la Planchette dans des locaux provisoires aux Glariers, puis dans le nouveau bâtiment occupé dès le 18 novembre 1991. L'Ecole professionnelle commerciale d'Aigle fait place à l'Ecole professionnelle du Chablais. Elle passera officiellement en mains cantonales le 1er janvier suivant.

Ce pas important ouvre la porte à un développement rapide de l'établissement, qui accueille désormais des apprentis du Chablais valaisan et les classes de vendeuses et vendeurs de l'Ecole professionnelle de Montreux, réorientée dans les métiers de la bouche. Il élargit ses enseignements aux candidats à la maturité professionnelle et aux nouvelles formations dans le domaine commercial. De 258 en 1991, le nombre d'élèves passe à 508 en 2001, pour atteindre 750 en 2013. Personnel et infrastructure suivent le mouvement : 18 maîtres et maîtresses dispensent leurs cours en 1991; ils sont 42 en 2013. 8 classes supplémentaires sont créées dans des locaux provisoires en 2003, puis autant en 2013 afin d'accueillir des apprentis d'un plus grand bassin de recrutement. L'enseignement lui-même évolue en fonction des besoins de l'économie et des nouveaux outils de travail, en informatique et bureautique notamment. 2 salles étaient équipées d'ordinateurs en 2001; il y en a 6 en 2013.

L'établissement est actuellement placé sous la houlette de Gillian Wenger, nommée directrice au 1er septembre 2009, après avoir appuyé son prédécesseur à titre de doyenne depuis 1995.

Qui est en ligne ?

Nous avons 28 invités et aucun membre en ligne